Kinésithérapie Respiratoire

LA  RESPIRATION

La respiration est la conjugaison de deux actions principales :

A : La ventilation, qui assure la circulation dans les poumons et qui est le résultat d’une activité musculaire.

B : Les échanges gazeux, qui sont un phénomène physique et biologique.

Ces deux actions combinées et indissociables sont ininterrompues toute la vie. Toute altération de l’une ou de l’autre entraîne très rapidement des conséquences plus ou moins réversibles en fonction de l’intensité e de la durée de cette dysfonction.

LE TRANSPORT DE L’OXYGENE SOUS FORME COMBINEE

Les de bulles d’air dans le sang ne sont pas suffisantes pour alimenter les différents organes de notre corps. Il faut donc nécessairement un autre système, parallèle et complémentaire pour subvenir à nos besoins en oxygène.

Ce système utilise des cellules originales dépourvues de noyaux (donc de génotype) et d’éléments figurés. On les appelle hématies, érythrocytes (du grec érythro : rouge et kutos cellule) ou globules rouges à cause de leur couleur dominante.

Le cytoplasme du globule rouge est riche en hémoglobine ce qui lui donne sa couleur. Sa forme est ronde, biconcave et aplatie ; son diamètre est d’environ 6 à 7 microns ; le volume de cette cellule est d’environ 90microns cubes. Si ce volume est inférieur à 80 il définit une microcytose, supérieur à 90 il définit une macrocytose ;

Les globules rouges du nouveau-né ont un volume physiologiquement supérieur à la normale (entre 95 et 110 µ3)  on peut y voir une compensation partielle et naturelle à une immaturité générale du système cardio respiratoire.

HEMOGLOBINE ET TRANSPORT

Les globines sont des protéines en charge de transporter l’oxygène des poumons aux différents organes.

L’hémoglobine a une affinité naturelle pour l’oxygène d’autant plus forte qu’elle est déjà oxydée.

L’ARBRE RESPIRATOIRE DU NOURRISSON

Les bronches, les bronchioles sont beaucoup plus petites, moins nombreuses, le rendement respiratoire est moindre.

Le fonctionnement mécanique est sensiblement différent ; même si nous respirons le même air que les nouveaux nés et les nourrissons, l’écoulement des fluides dans les bronches ne se fait pas de la même façon.

Les bronches du nourrisson ont  les dimensions des petites bronches lobaires de l’adulte  a vitesse de contraction égale des muscles inspirateurs les vitesses de migration des colonnes d’air dans les bronches du nourrisson sont plus élevées.

 

Hyper réactivité bronchique et unité trophique

L’hyper-réactivité bronchique (HRB) est une sensibilité exagérée des voies aériennes caractérisée par la facilité et l’intensité avec lesquelles survient une broncho-constriction lors de stimulations diverses.

QUELS SONT LES MÉCANISMES DU TONUS BRONCHOMOTEUR ET DE L’HRB ?

Chez le sujet normal, il existe physiologiquement un faible degré de constriction de toutes les voies aériennes. Ce dernier est sous la dépendance principale du système nerveux autonome parasympathique.

Les mécanismes à l’origine de l’HRB sont variables selon la pathologie de base. La réduction du calibre des voies aériennes (œdème, sécrétions…) influence directement la réponse broncho-constrictrice puisque les résistances à l’écoulement gazeux sont inversement proportionnelles au rayon du conduit aérien.

LA TOUX

La toux est un mécanisme de défense de notre organisme qui peut être péjoratif s’il persiste. C’est un flux d’air très rapide, qui vient déloger mécaniquement les particules ou débris qui gênent l’écoulement laminaire ou turbulent.

La toux peut être volontaire ou réflexe

Toux coqueluchoïde : Quinteuse spasmodique caractéristique de cette maladie elle est retrouvée lors d’inhalation de corps étrangers.

Toux sèche : Elle est précurseur, dans la bronchiolite, de la toux grasse. Elle est générée par la mise à nue des terminaisons nerveuses trachéales. Mécanisme du à la destruction par un virus des couches de protection constituées par les cellules ciliées.

Toux grasse : elle est le signe d’un encombrement important. Le mucus est transporté de façon séquentielle vers les voies proximales.

LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON

La bronchiolite est l’infection virale respiratoire basse la plus fréquente de l’enfant de plus de un mois et de moins de 1 an. Elle touche tous les ans en France plus de 500 000 nourrissons et est responsable de dizaine de milliers d’hospitalisation. Le virus respiratoire syncytial (VRS) est le virus le plus souvent responsable du premier épisode mais d’autres virus sont aussi impliqués

 

LE VIRUS RESPIRATOIRE SYNCYTIAL (VRS)

La bronchiolite à VRS est une maladie respiratoire très contagieuse, locale à incubation courte.

Dans l’organisme infecté, le VRS entré par inhalation, se multiplie dans l’épithélium respiratoire.

CONTAGION

La transmission est respiratoire, par gouttelettes, manuportée et exclusivement interhumaine. Le VRS assez fragile peut survivre 30 minutes sur la peau, 7 heures sur les surfaces et 40 minutes sur une blouse

L’évolution présente trois phases principales , La phase de réplication , La phase immuno-inflammatoire, La phase lésionnelle.

BILANS KINESITHERAPIQUES

Il y a plusieurs bilans menés dans le cadre des bilans de kinésithérapie:

 

  • BILAN ALIMENTAIRE.
  • BILAN MEDICAMENTEUX
  • BILAN RESPIRATOIRE.
  • BILAN GENERAL.

TECHNIQUES DE KINESITHERAPIE:

Plusieurs techniques existent, parmi lesquelles:

  • La technique dite « accélération de flux expiratoire ».
  • Les techniques d’expiration forcée (TEF).
  • Les techniques d’expiration lente glotte ouverte.